Les origines du réseau

 

.
Pourquoi un réseau national ?
.
L’acquisition des données relatives au trait de côte est réalisée localement, par différents types de structures, souvent appelées « observatoires ». Elles sont organisées indépendamment les unes des autres pour répondre à des besoins spécifiques et variés. Afin de renforcer leurs actions, assurer une plus large diffusion de la connaissance acquise mais aussi disposer d’une vision plus globale des phénomènes qui interviennent sur le littoral, il est apparu nécessaire d’assurer une meilleure connexion entre ces structures. C’est dans cet objectif qu’un Réseau National des Observatoires du Trait de Côte (RNOTC) a été mis en place avec l’ambition de favoriser le partage et la diffusion des données et des savoirs traitant de l’évolution du littoral sur le long terme.
.
Un réseau qui participe à la Stratégie Nationale de Gestion Intégrée du Trait de Côte (SNGITC) et à l’adaptation des territoires littoraux aux changements globaux.
.
Le Réseau National des Observatoires du Trait de Côte s’inscrit dans les objectifs de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte, adoptée par la France en 2012.
.
Cette stratégie, mise en place pour faire face aux phénomènes d’érosion côtière et à ses conséquences sur les populations littorales, a en effet vocation à :

  1. renforcer la connaissance sur les évolutions en cours pour mieux les anticiper,
  2. engager une nouvelle approche de l’aménagement des territoires littoraux pour favoriser leur adaptation,
  3. prendre en compte les effets du changement climatique et en particulier l’élévation du niveau des mers dans les choix opérés.

.
Elle prévoit ainsi la création puis l’animation d’un réseau d’observation et de suivi de l’évolution du trait de côte à l’échelle nationale, en s’appuyant sur les acteurs régionaux et locaux.

Plusieurs études et phases de concertation ont montré l’intérêt de mettre en place un Réseau National des Observatoires du Trait de Côte et ont permis de définir ses principales missions et caractéristiques :
.
Origine du réseau : étapes chronologiques
Origine du réseau : étapes chronologiques

2010-2011 : État des lieux des observatoires. Réalisé par le BRGM à la demande du ministère en charge de l’environnement, il inventorie et classifie les dispositifs de suivi du trait de côte existant en métropole et en outre-mer.
2011 : Journées des observatoires du trait de côte. Organisées par le ministère en charge de l’environnement et le BRGM, pour favoriser les interactions et les échanges entre les structures d’observation et améliorer la visibilité de leurs actions à l’échelle nationale.
2013-2014 : Questionnaire d’enquête. Diffusé puis analysé par le BRGM dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte, pour mieux connaître les attentes et les besoins des organismes producteurs et utilisateurs de données sur le littoral et identifier les premiers éléments de structuration du futur réseau national des observatoires du trait de côte.
2015 et 2017 : Deux séminaires du réseau national. Moments d’échanges, organisés par le ministère en charge de l’environnement avec l’appui du BRGM, du CEREMA et du CNRS, qui ont permis de préciser l’organisation et les missions à confier au réseau.
2017 : charte du réseau national des observatoires du trait de côte. Élaborée par un groupe de travail dédié, animé par le ministère en charge de l’environnement et réunissant les structures intéressées à intégrer le réseau.
2018 : mise en place du portail internet du réseau. Lieu d’échange privilégié et fédérateur ayant vocation à favoriser la diffusion de la connaissance auprès du grand public et l’émergence d’actions communes en matière d’observation, d’expertise et de communication sur le trait de côte.

Pour en savoir plus :

.
Bulteau T., Garcin M., avec la participation de Oliveros C., Lenôtre N. (2011) – Synthèse des travaux menés sur l’observation de l’évolution du trait de côte. Rapport BRGM/RP-59396-FR, 156 p., 27 fig., 4 tab., 1 ann. Téléchargeable ici en pdf.
Desmazes F. et Mallet C. (2014) – Questionnaire sur les besoins et attentes d’un réseau national d’Observatoires du Trait de Côte. Rapport BRGM/RP-63731-FR, 77 p., 30 fig., 21 tab., 5 ann. Téléchargeable ici en pdf.
Programme d’actions 2012-2015 de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte : en pdf ici sur le site Géolittoral.
Programme d’actions 2017-2019 de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte : en pdf ici sur le site Géolittoral.